Volkswagen, trop gros pour tomber ?

By 2018 Volkswagen will be « the world’s most profitable, fascinating and sustainable automobile manufacturer

Fin 2015, suite aux révélations de l’Environmental Protection Agency (EPA), Volkswagen (VW) admet avoir équipé certains moteurs d’un logiciel susceptible de réduire les émissions polluantes lors de tests d’homologation, notamment aux US. Martin Winterkorn, alors Président du groupe, présentera sa démission un jour après les divulgations.

Et depuis ?

Le “Dieselgate” est devenu une affaire industrielle sans équivalent dans l’histoire automobile. Plus de 11 millions de véhicules étaient concernés à travers le monde et VW a dû contracté un prêt relais de 21 milliards de $ pour supporter les coûts de cette affaire.

> Janvier 2016, une plainte commune est déposée par le US Department of Justice (DOJ) et l’EPA qui demandent des dommages-intérêts pouvant s’élever à au moins 20 milliards de $, pour avoir trompé les consommateurs et affecté leur santé. A cette action civile s’ajoute une enquête pénale.

> Octobre 2016, VW parvient à un accord au civil avec les autorités US et accepte de régler 14,7 milliards de $ : 10 milliards de $ pour indemniser les propriétaires et 4,7 milliards de $ pour lutter contre la pollution et soutenir les voitures vertes.

> Novembre 2016, VW annonce un “Pacte d’avenir” prévoyant 4 milliards d’euros d’économie par an, impliquant la suppression de 30.000 emplois d’ici 2020, dont 23.000 en Allemagne.

Pourquoi on en re-parle ?

> Parce-que mercredi, VW a accepté de régler des pénalités pénales et civiles supplémentaires de 4,3 milliards de $ pour clore les poursuites aux US. Il a également plaidé coupable :

  • de fraude à l’encontre des Etats-Unis et des consommateurs américains,
  • d’infraction au Clean Air Act,
  • d’avoir trompé l’EPA et les consommateurs américains,
  • d’obstruction à la justice par la destruction de documents,
  • d’importation irrégulière de véhicules sur le sol américain au moyen de fausses déclarations.

Comme d’habitude avec les autorités américaines, le groupe est soumis à une période de probation de trois ans au cours de laquelle il sera surveillé par un tiers indépendant.

> Parce-qu’au surplus, VW devra coopérer totalement avec le DOJ dans le cadre de son enquête sur les personnes physiques responsables des infractions précitées et des poursuites y afférentes.

> Parce-que 6 responsables sont déjà inculpés et expressément visés par le communiqué édifiant du DOJ. Samedi dernier, l’un d’entre eux a été arrêté à Miami par le FBI. Tandis qu’en Corée du Sud, un autre executive vient d’être condamné à 18 mois de prison pour faux, obstruction et violation de la réglementation environnementale.

Hier, on apprenait que l’EPA avait notifié FIAT pour violation du Clean Air Act. La fête continue.

Bonus : regardez les 3 premières minutes de l’intervention de l’Attorney General Loretta Lynch sur le cas VW. Vous verrez, elle s’autorise même un sourire.