Votre collègue Alexis, spécialisé en Corporate vient de se voir attribuer de nouvelles fonctions en compliance. Daniel, qui vient d’arriver, a été recruté en éthique et conformité. Amandine est une consultante qui vient épauler votre direction juridique en compliance. Le sujet est à la mode mais il reste légitime de se demander ce qu’ils font ou devraient vraiment faire. Car finalement, on n’était pas bien sans eux ?

1/ Manier des règles de droit et d’éthique

Le rôle d’un praticien de la compliance dépasse les fonctions traditionnelles du juridique. La conformité à la réglementation est une chose, le respect des valeurs éthiques d’une entreprise en est une autre. L’intégrité des employés et partenaires est essentielle au bon fonctionnement d’une société. Pourtant, ce n’est que récemment que les directions juridiques, via leur Compliance Officer, apportent leurs expertises dans ce domaine.

Naturellement, certaines matières se trouvant à la frontière de l’éthique et de la conformité, intéressent en priorité les Compliance Officers: la lutte contre la corruption, la gestion des conflits d’intérêts, les dispositifs anti-blanchiment, le respect de la confidentialité… Pour ne citer qu’elles. On y retrouve souvent la protection d’un intérêt supérieur à celui de l’entreprise ainsi qu’une bonne utilisation de ses actifs et de ses informations.

2/ Diffuser une culture juridique

Un Compliance Officer n’est pas seulement un bon communicant, c’est aussi un atout capable de conduire un véritable changement dans une organisation. Cela nécessite une connaissance intime de l’entreprise et un travail d’évangélisation délicat pour un sujet considéré comme aride par beaucoup d’employés. Si vous comptez au sein de vos effectifs celui qui a compris comment s’adresser à ces derniers, gardez-le.

Une expression écrite irréprochable, un contact humain empathique et le don de s’adapter à la cible visée constituent la base de sa communication. Mais surtout, il saura présenter une infographie, customiser un module d’e-learning, sous-traiter un motion design ou toute autre technique d’animation. Le numérique est son arme pour toucher tous vos collègues, leur transmettre un message finement et tracker leurs réactions.

3/ Créer un esprit Compliance by Design

“Il n’a pas été saisi suffisamment en amont”. Un regret ô combien ordinaire pour les juristes. Le “by design” est en place lorsque cette situation ne se produit plus. Dans cette optique, tout employé doit avoir en tête les grandes lignes de la Compliance dès la conception et jusqu’à la finalisation de ses projets. Cela passe par la communication bien sûr mais aussi par une identification claire des risques juridiques liés à son activité.

Peu d’entreprises disposent réellement d’un tel état d’esprit, et ce pour une raison très simple. La notion de Compliance a explosé récemment et l’introduction d’une mentalité au sein d’un groupe est toujours long et fastidieux. Alors soyez indulgent avec votre Alexis, Daniel ou Amandine, il y travaillent certainement. Compte tenu des échéances posées par la loi Sapin 2, vous devriez tout de même commencer à en voir les résultats l’année prochaine :).

S'inscrire à notre Weekly Legal Digest

S'inscrire à notre Weekly Legal Digest

Recevez une fois par semaine tout ce qui bouscule et pimente les professions du droit ! Bref, 2 min 30 de de culture juridique qui lanceront votre journée du bon pied :).

Vous êtes bien inscrit. Bienvenu chez Ekipio !