[vc_row][vc_column][vc_column_text]Nous ouvrons une série de posts sur des concepts empruntés au monde des startups et transposés aux directions juridiques. Nous avions déjà évoqué le product-market fit dans le cadre d’un programme de compliance, nous parlerons aujourd’hui de l’itération.

L’itération signifie la répétition d’une action. En pratique, dans le cadre du développement d’un nouveau produit ou service, afin de parvenir à un résultat satisfaisant, il faut l’améliorer par étapes successives. Ces étapes, sont une manière de façonner au mieux ce qui est proposé aux clients, au marché.

Transposé à l’activité d’un juriste, cela pourrait s’appliquer à la réécriture d’un email, d’une clause type, d’une procédure ou d’un support de formation. Là où l’itération intervient, c’est qu’au lieu d’atteindre la version à deux chiffres d’un document, vous utiliserez ce dernier le plus rapidement possible. Contre-intuitive par excellence, cette méthode permet de confronter le produit à notre marché : les clients internes.

Vous avez confectionné un portail intranet regroupant des ressources juridiques pour ces derniers ? Lancez-le et testez leurs réactions au plus vite pour corriger le tir avec pertinence. Vous animez une formation qui se tiendra tout au long de l’année ? Ne passez pas trop de temps sur vos slides, car ce sont vos sessions live qui vous inspireront pour les modifier.

Itérer, c’est accepter l’imperfection potentielle du moment dans l’optique de s’améliorer constamment.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]