[vc_row][vc_column][vc_column_text]Vous n’avez plus le temps. Vos clients non plus. Aujourd’hui, votre arsenal de communication juridique ne peut se limiter à un email de trois pages. Malin sont ceux qui tiendront compte du temps forcément limité que leurs interlocuteurs pourront leur consacrer. Dans cette jungle d’informations, savoir s’exprimer avec justesse et rapidement est une rare compétence. Ainsi, l’utilisation à bon escient d’infographies juridiques est une corde à notre arc dont nous aurions tort de nous priver. Quelques exemples.

1. Détailler une chronologie

Osons revisiter l’éternelle frise chronologique avec de la couleur, du descriptif court et des pictogrammes bien choisis. Un aperçu avec un historique des scandales ayant touché le milieu sportif international.

2. Aider à la prise de décision 

Nos opérationnels ont parfois besoin d’être guidé simplement. Sans les materner, il est possible de leur expliquer visuellement comment arbitrer en fonction des éléments dont ils disposent. Application pratique avec le choix d’un statut d’entreprise revisité par la CCI.

3. Cartographier des risques

Un dégradé de couleurs indexées est un bon moyen pour graduer ses données. Transparency International le fait depuis des années avec son indice de perception de la corruption dans le monde.

Cela vous donnes des idées ? Bonne nouvelle, le site SketchLex travaille avec ardeur à la conception d’un outil permettant de créer facilement des infographies juridiques. Et comme les choses sont bien faites, son serviteur vous propose de répondre à une petite enquête afin de récolter en amont vos besoins. Ne nous privons pas, ça mange pas de pain.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]